13 juin 2009

fleur de laïcité


Le blog est il un espace privé
ou public ?
...tout dépend de la position de celui qui l'écrit.

Jusqu'ici, ce blog était l'expression de ce qui animait ma petite et humble vie de citoyenne de la toile.
Grâce à la liberté qui existe dans notre beau pays, j'ai très ouvertement partagé sur mes opinions personnelles avec vous. J'étais dans ma sphère purement personnelle. Je l'ai toujours fait en toute franchise, presque sans retenue, surement dans une grande naïveté. Cela a été un vrai plaisir de pouvoir partager une certaine spontanéité des pensées qui évoluent et se construisent mois après mois...

Aujourd'hui j'envisage de travailler dans une école Montessori que je ne connaissais que par témoignages indirects. Je viens d'y passer presque 15 jours pour absorber l'ambiance avant de pouvoir faire mon choix. J'ai rencontré les gens du village, les parents, les personnels de l'école pour passer d'une vision extérieure à une vision intérieure.

J'ai donc aujourd'hui changé de point d'observation. Je ne suis plus vraiment dans la sphère privée donnant une opinion individuelle quelconque. Mes propos écrits sont maintenant susceptibles d'être lus d'un coté par des internautes qui arrivent ici au hasard des liens du web, et d'un autre par des personnes dont je connais les enfants, auxquels je serais rattachée par un contrat de travail, doublé d'un contrat moral. Je ne peux donc plus écrire de ma sphère personnelle comme si de rien était !

Quelques parents m'ont parlé de ce que j'ai écrit en 2006 sur un post dont voici le lien ici.
Honnêtement, je ne me souviens pas forcément de tous les posts en détails ! Je l'ai donc relu.

J'avais à ce moment là trouvé étrange qu'on puisse, dans une société laïque ouverte aux différences, rejeter toute ouverture à la spiritualité à l'école.Cette position tenait aussi au fait que je la croyais alors "école privée hors contrat" comme la presque totalité des écoles Montessori en France. Je n'avais pas pris la peine de vérifier, c'était une erreur. C'était une opinion exprimée dans un esprit de partage ... qui n'a alors intéresse personne. Aucun commentaire n'a alors été proposé. Lettre morte à un instant T, vie banale pour un post de blog !
Je vous prie donc de m'excuser si ma prise de position a blessé des parents, par le fait que je ne connaissais pas assez la situation.
Aujourd'hui je me positionnerai donc différemment.
Et si aujourd'hui ce post froissait quelqu'un, j'aurai envie de dire que ce post ayant été écrit dans une situation particulière, réagir à cela à un temps T+1 est autre chose. Il s'agit de tenir compte du contexte.

Lorsqu'il s'agit de liberté individuelle dans ma sphère privée, de mon opinion personnelle et individuelle partagée avec certains internautes, je suis libre de parler de mes opinions spirituelles.
Par contre, si je suis en position d'enseigner dans une école sous contrat d'association simple avec l'éducation nationale, j'adhère alors pleinement, par le fait même que j'accepte ce poste, aux règles de vie commune instaurées dans cet espace ...public. J'espère que les personnes qui reliraient le post de nov. 2006 feront alors la différence entre ces deux situations.

Le respect de la différence de chacun qui anime la pédagogie Montessori va de toute façon dans ce sens. Enfin, le texte de la "Fable du Dieu qui n'a pas de main" n'est pas de Maria Montessori ...mais de son fils Mario. Que les parents soient donc rassurés. Je pense donc aujourd'hui que ce texte n'est pas pertinent dans un contexte Montessori de laïcité.

Je terminerai par ces deux textes :
un mot de Jules Ferry (l'Église avait alors plus de "puissance" qu'aujourd'hui, mais le fond est encore vrai).

"Lorsqu’on veut chercher à assurer la paix entre deux puissances rivales, l'État et l'Église, la constitution laïque de la société et le pouvoir ecclésiastique ; lorsqu’on veut que ces deux puissances morales vivent en paix, la première condition, c’est de leur prescrire de bonnes frontières. Ce n’est pas dans la confusion des attributions, dans le mélange des idées qui ne peuvent conduire qu’à la discorde, à un état social troublé et mauvais ; c’est dans la nette, claire et définitive séparation des attributions et des compétences qu’est le salut et qu’est l’avenir. […] Délimitez les frontières et vous ferez la paix… " Jules Ferry, Sénat, JO du 11 juin 1881.

... et la loi du 22 mars 1882 a prévu que « les écoles primaires vaqueront un jour par semaine en outre du dimanche, afin de permettre aux parents de faire donner, s’ils le désirent, à leurs enfants, l’éducation religieuse en dehors des édifices scolaires. » C’est l’origine du jeudi devenu dans les années 70, le mercredi, texte repris à l’article L. 141-3 du Code de l’éducation.

Vive le mercredi ! et la laïcité !
Bien amicalement
Florence

5 commentaires:

Lysalys a dit…

Et bien peut-être pour ne pas laisser ce nouveau message sans réponse ; ) ou pour te souhaiter une bonne route vers ce nouveau chemin que tu prends.
Chacun d'entre nous a ses propres convictions, les enseignants comme les autres et chacun est libre de les avoir (tant qu'elles ne nuisent à personne et ce n'est pas le cas du message précédemment écrit), cela ne signifie pas que l'on est pas capable de séparer sphère privée de sphère publique. ; )

Anonyme a dit…

et bien moi je trouve que la petite intro que tu as écrite n'est en rien scandaleuse .

Et je suis sure que quand ces parents te connaitront, ils verront qu'elle personne formidable tu es ...

Sachez que vous ne pouvez pas trouver une personne aussi respectueuse des autres en particulier des enfants et aussi compétante . Soyez donc pleinement rassuré ...

julie

ari a dit…

Contente de continuer à te suivre à distance.

Je t'embrasse,

Ariane et Céleste

dyeve a dit…

very interesting blog. Congratulations! good jobs and an interesting template.
I am glad that I found it ;)
Have a great day!

Albertine a dit…

"La Fable de Dieu qui n'a pas de mains" est la première Grande Histoire rédigée par Mario Montessori. C'est une des cinq grandes histoires, fondement de la base de l'éducation Cosmique selon les principes de Montessori.

Dans certains pays, ils enlèvent le mot "Dieu" et mettent "Force de la Nature".

Il est important de comprendre que Montessori était pour l'enseignement des différentes religions dans ses écoles afin de combattre le racisme et l'intolérance. Il ne s'agit pas de faire de la théologie, d'être pour ou contre un religion. C'était une œuvre d'ouverture vers les autres et donc de participer à la PAIX.