11 novembre 2015

Une place pour chacun

Voilà quelques années que je n'écris plus. J'étais dans la "Vraie Vie" et plus de temps pour la toile...J'ai depuis le départ en 2007 de mon fils Alexandre j'ai fait un grand chemin. Les choses ont pris forme petit à petit, jusqu'à ce que je me décide, il y a 3 ans à former des parents d'enfants porteurs de handicap et quelques professionnels accompagnant en individuel ces enfants. J'ai reçu le soutien inconditionnel d'Yvette Pons-Guersy et de son équipe. Cela m'a beaucoup aidé.

La formation que je propose est en tout point identique à celle proposée à "La Source" et le programme est le même.

La méthode Montessori convient à l'enfant, et un enfant porteur de handicap n'en est pas moins un enfant. Maria Montessori a commencé sa carrière en travaillant avec eux, et c'est grâce à eux qu'elle a découvert les fondements de sa méthode.
La plus part du temps  le programme comprend déjà en lui même différentes façons pour l'enfant de percevoir les choses. La pratique de cette pédagogie m'a apporté un outil très puissant pour accompagner des enfants porteurs de handicap car il utilise presque toujours plusieurs entrées sensorielles et série les difficultés (une difficulté nouvelle à la fois), tout en proposant une progression adaptée aux grandes étapes du développement physiologique.

Ce que j'apporte aux parents (qui ont parfois déjà suivi une première fois la formation à "la Source"), c'est d'apprendre à regarder, observer l'enfant, et croiser ces informations avec celles (en grand nombre) qu'ils ont déjà.
Et puis aussi trouver la force de se mettre en route avec ce qu'ils ont déjà, sans attendre "d'avoir tout ce qu'il faut". Leur faire découvrir leur rôle, leur place merveilleuse, et les guider à trouver la joie d'accompagner leur enfant, celui-là, comme n'importe lequel de leurs enfants.

J'observe que les parents, étant depuis longtemps et plus souvent que les professionnels auprès de l'enfant, développent ainsi une capacité à proposer le bon matériel au bon moment, et à comprendre très finement ce qui se joue pour l'enfant à ce moment là. C'est pour cette raison que je m'adresse en priorité à eux.

La deuxième raison c'est qu'ils ont été, à cause du handicap de leur enfant, "travaillés" par la Vie, et qu'ils ont, pour leur grande majorité, acquis une bonne capacité d'ouverture à la nouveauté et à l'accueil de celle-ci, qui est essentielle en accompagnement Montessorien.

De plus, qui mieux qu'eux, peuvent passer jour après jour assez de temps pour leur enfant?  L'enfant a besoin de pratiquer, et plus encore dans le domaine où le handicap le touche. Il doit, en plus des acquisitions classiques, adapter son comportement, ses gestes, pour être un jour intégré au monde des "soi disant parfait" ;-)

Un professionnel, va pouvoir accueillir l'enfant une fois, deux fois au plus par semaine, pour une demi heure ou une heure à chaque fois... Essayez d'apprendre quelque chose à ce rythme sans pratiquer entre les deux (tiens! essayez d'apprendre le coréen par exemple !).



Enfin, qui va pouvoir donner de l'unité à tout ce qui va être proposé à l'enfant ? Je ne dis pas que le professionnel n'a rien à apporter à l'enfant ! Que les parents trouvent le professionnel qui est capable de faire progresser son enfant est essentiel (d'où l'importance de lui laisser le choix !). Chaque professionnel a un domaine d'excellence. Chaque professionnel est différent par sa vie, son tempérament. Vive la différence ! Alors  que chacun se choisisse. Quel professionnel peut travailler et obtenir des résultats avec des parents qui vont à l'opposé de sa pratique ?

Le travail avec un professionnel est un travail à quatre. Le professionnel qui apporte quelque chose de son expertise. Chaque parent (les parents !) qui apporte son soutien et sa confiance, le gage de régularité, et de suivre dans la vie courante ce qui est proposé par le professionnel. Et l'enfant, qui lui, a tout le travail à faire pour lui-même, guidé par le professionnel, dans un cocon de sécurité tissé jour après jour par ses parents.


C'est donc, comme le disait Maria Montessori le grand travail de l'enfant que de construire l'adulte qu'il sera demain. De la même manière que le bébé ne naît pas à l'école, l'enfant porteur de handicap ne nait pas dans une institution !
"La Nature" a donné aux enfants des parents ! ...et aux parents de vivre dans une société où il peut trouver la fraternité de professionnels bienveillants, qui se donnent aux autres par leur métier.

Chacun à sa place...et une place pour chacun.

15 septembre 2015

Montessori ... le retour :-)

Me voilà de retour après quelques années passées au zoo ... pour gagner ma vie. Vous me direz pas si désagréable comme job alimentaire !...pourtant pour moi, ce temps a été long.

Mais ça y est ! je passe 100% de mon temps professionnel à Montessori.

Comme avant, bien sûr, je continue les formations avec la Source avec Catherine, Sylvie et Yvette. Cette année je serai ravie de vous retrouver du 18 au 23 octobre 2015 pour les stages II et IV à St Cannat. Puis du 21 au 26 février 2016 pour les niveaux I et Histoire-Musique-Biologie Humaine. Au mois d'Avril du 16 au 22 pour le niveau III et VI. Et enfin cet été pour les niveaux III et V du 24 au 29 juillet 2016.

Je suis fidèle à mon engagement auprès des enfants porteurs de handicap et leurs familles, en formant les parents, et les professionnels autour de ces enfants.
 Je propose sur Bourgoin-Jallieu une formation en cycle de 12 dimanches, avec le même programme que ce qui est proposé chez Catherine et Yvette, mais adapté au handicap selon les besoins des personnes présentes.
Cela se fait en petit groupe de maximum 10 personnes.
Vous trouverez les dates du cycle I et II en dimanches sur Montessoria.org, mon site dédié.

Je continue à suivre quelques enfants ou jeunes adultes dans des familles ou à mon nouvel atelier Montessori 73 rue de la Libération à Bourgoin. Il est tenu par "l'Association Montessori Aide-moi à faire seul"

Un atelier du mercredi appelé "Graines de découvertes" y accueille également le mercredi des enfants de 9 à 12 ans pour une découverte des grands récits Montessori.

Enfin, je suis enseignante à mi-temps à l'école Primevère de Gillonnay où je transmets les maths, les sciences et l'anglais en classe unique de primaire (uniquement en Montessori évidemment !).

Voilà pour mon emploi du temps bien rythmé.

Je vais essayer de reprendre du temps pour vous partager mes petites aventures.

Pour finir un joli mot d'un jeune porteur d'autisme Asperger à qui je venais de faire découvrir la division de contenance avec les timbres.

"Combien de 20 dans 100 ?" lui dis-je et sa réponse "Ah non, il n'y a pas de vingt dans l'sang, au pire un peu d'alcool ! le vin il est digéré !!!"
Ces personnes avec autisme sont merveilleuses !



15 octobre 2013

Manipulations autour des tables de multiplication et des multiples (1)

Comme chaque année, nous devons réviser encore et encore les tables de multiplication.
J'ai donc proposé à Fiston de les travailler d'une autre manière, en Montessori, donc..."sans parler", "tout avec les mains !" :

Je lui ai montré comment matérialiser ce qu'il fallait apprendre :
par ex 5x2, il a pris 5 fois la barrette du 2 qu'il a posé devant lui.



Ensuite il a cherché le résultat en barrette, ...
"5fois 2"
"As tu trouvé quelque chose qui réponds à ça ...dans ta tête ?" :
- s'il le savait, il posait sur la table,

Sinon, il cherche à sa manière :
-comme un serpent positif, il pose tout en ligne et reprends la somme jusqu'à faire un change de 10
puis transforme le reste en perles colorées (contrairement au serpent où il met un change noir et blanc).
-ou en "compter en sautant" (2,4,6,8,10) avec les flèches.

Voici toute la table ... ou presque.
à vous de me dire si vos enfants préfèrent les tables ainsi ?

Apprendre les mots invariables

Quand Fiston est rentré avec sa liste de mots invariables à apprendre, j'ai tout de suite pensé à une manière plus montessorienne de les apprendre que de les rabâcher ... jusqu'à ce que ça rentre.
Nous sommes allés chercher les alphabets bleus et rouges, il a ensuite écrit ses mots en mettant les voyelles en une couleur différente des consonnes, puis a corrigé seul à partir de la liste de ses mots sur son cahier.

Puis une deuxième fois (le lendemain), il a repris l'alphabet avec les graphèmes en rouge.
Enfin, le dernier jour, il a écrit tout en bleu, sauf la lettre "qui ne se prononce pas ".
...Il était tout content de revenir en me disant "J'ai eu tout juste sauf un mot !"

11 septembre 2013

Montessori et handicap

Je me lance dans une nouvelle activité, poussée par mes amis de l'association Envol Isère Autisme, et par la formation de "la source Montessori" de Yvette et Catherine aussi.
Je propose donc à partir d'octobre la même formation qu'à la source mais réservée aux parents qui accompagnent dans la vie un enfant porteur de handicap.

J'ai un nouveau site, "http://montessoria.org" sur lequel j'ai regroupé mes activités et où je donne accès aux photos de mes activités Montessori selon les besoins et les droits des photos avec plus de possibilités que sur les blogs, que je ne ferme pas cependant !

J'espère que vous pourrez relayer l'information autour de vous :

En 10 dimanches, seront proposés les bases, la vie pratique et la vie sensorielle,
Initiation au langage écrit, à la lecture du mot, nature et fonction des mots, numération, addition (début), système décimal, début de histoire, géographie, botanique, zoologie.
Et addition et soustraction sans et avec retenue, lecture de la phrase, conjugaison,  toutes les natures de mots.

Le tout par l'intermédiaire de mon association "Aide-moi à faire seul" qui a pour vocation d'aider les familles touchées par le handicap. Je souhaite leur permettre de trouver un lieu pour se rencontrer entre personnes qui proposent ce bel outil Montessori à leur enfant. Un lieu, une salle avec tout le matériel,  où ils peuvent pratiquer avant de transmettre à leur enfant. Et je mets à leur disposition mon expérience autour de la fabrication maison de matériel Montessori, autour de l'accompagnement du handicap (notamment autisme, mais aussi déficience intellectuelle) et autour de l'instruction en famille pour ceux qui le souhaitent.

Je continue à seconder Catherine, en tant qu'assistante de formation, au sein de son association 5 semaines par an en animant les travaux pratiques.

Le 1er niveau se fera donc chez moi à partir du 6 octobre 2013, date à laquelle Catherine me fait l'amitié d'inaugurer l'année par un premier cours sur les bases de la pédagogie. J'assurerai ensuite les cours aux dates suivantes : 10 novembre, 23 novembre, 10 décembre 2013, 19 janvier, 2 février , 23 mars, 6 avril, 18 mai, 15 juin.

Vous trouverez les tarifs et les toutes les informations sur la feuille d'inscription ici.

Et n'hésitez pas à me dire comment vous trouvez le site, et si il y a des erreurs ...
Je compte sur vous !




23 juin 2013

L'adolescence en germination...

 J'ai eu un p'tit coup de blues vendredi. Une de ces fatigues de fin de semaine. Je suis allée sur la toile et je suis tombée sur ce billet de Tertone. Et me voilà de nouveau sur mon blog !
C'est fou ce que ce billet m'a rejoint ! 3 petits billets sont nés d'un coup !

Pardon, si dans le feu du quotidien, j'ai perdu le goût, la force
d'écrire mes billets.
J'avais pourtant été fidèle longtemps !
Mais Pffffft ! Le plaisir d'écrire n'était plus là.


J'ai perdu le fil, je me sentais de plus en plus en décalage.
Il y avait surement l'évènement dramatique de la perte
de notre fils Alexandre, et de la nécessaire période de deuil,
couplé au fait que je ne faisais plus l'école à la maison.
Tout un équilibre à réinventer !

Et puis à force de questionnements sur l'utilité de ces partages sur internet, des questions de sécurité, du nombre de blogs qui racontent tous finalement un peu la même chose, l'effet Gloss des images et des phrases lisses qui ne mettent en valeur qu'une partie du réel, ... j'ai commencé à lâcher l'écriture.

La crise est passée dans notre famille aussi
...avec le chômage de mon conjoint.
Et ce petit détail a réduit mes disponibilités en temps à peau de chagrin .
J'aimais partager sur ma pratique Montessori à la maison
 ...mais je n'y étais plus !
Nécessité de gagner sa vie oblige !  ...la "vraie vie" quoi !
Celle du quotidien que je croyais banal.
J'avais le sentiment de faire de moins en moins ce que je considérais être mon rôle : accompagner en Montessori les apprentissages
scolaires de mes enfants.
Ils étaient retournés à l'école,

la page était tournée !

Montessori n'avait plus la même place.

Yvette et Catherine m'ont demandé un coup de main pour accompagner les TP pendant les stages. C'est le seul lien que je voyais. Un énorme plaisir à chaque fois. Merci de leur confiance. Elles me donnaient de l'extérieur ce que je n'avais pas toujours à l'intérieur. Ou du moins, que je ne voyais plus.
Pour moi c'était le désert !

Et comme souvent, le cadeau est venu de mes enfants :

Mon ainée l'an dernier a voulu faire sa première année en dimanches.
"Je suis suffisamment grande pour voir cela de l'autre coté".
16 ans qui ne doute pas que la vie est devant elle !
J'ai donc accompagné ce nouveau mouvement, qui m'a fait un choc !
...et si ce que j'avais semé germait plus loin que prévu ?


Je l'ai vu répondre à ceux qui l’interrogeaient sur sa motivation :
"Non, ce n'est pas pour moi, c'est pour comprendre - mieux - les enfants !".

Ai-je bien compris ? Ma fille ainée se prépare avec sérieux à être adulte.
Ciel, on a beau s'y préparer, ...puisque c'est l'autonomie est le but de l'éducation que l'on donne,
mais quand cela arrive c'est fort d'émotion !
Vous aussi, la vie, en bonne Montessorienne,
vous donnera l'autocorrection !

Je l'ai accompagnée. A coté, j'ai observé son regard
sur le matériel qu'elle connaissait en partie pourtant.
Pendant toute ma formation, j'ai entendu Yvette dire :
"Non, n'écrivez pas, regardez,
cela suffit, puisque vous aurez les polycopiés !"
J'ai vu ma fille observer méticuleusement
les gestes de chaque présentation
et instinctivement, ne pas prendre de notes !

Au TP du mois de décembre, elle a réussi a faire pratiquement toute la feuille.
"...elle connait déjà vous me direz !"
Mais non ! J'ai commencé avec elle, à 7 ans !

Cette année rebelote ! Ma seconde fille m'a demandé la même chose !
et je l'ai accompagnée, elle aussi.

Voilà, juste pour vous donner confiance !
Passer du temps de qualité à écouter et à vivre des choses ensemble,
c'est créer cette ambiance où l'on dit à l'enfant, ou l'ado. :
"Tu es précieux pour moi, et je t'aime."

Un dernier petit détail pour vous donner courage :
Ma grande est dyslexique. (Merci la méthode globale !)
L'an dernier, les profs avaient envisagé une orientation en pro.
Mais en fin d'année dernière, au moment des inscriptions, ma grande l'a dit haut et fort :
elle voulait passer en 2nde générale.
  
Nous lui avons fait confiance.Un peu inquiets.
Nous avons pris rendez-vous au CIO.
La conseillère d'orientation avait dit :
"Votre fille a un tempérament étonnant,
elle est très déterminée, il faut lui donner sa chance !"

Déterminée ?
Oui, je suis au courant !
 l'école à la maison n'avait pas été un long fleuve tranquille !
Croyez-moi !

Cette année en seconde, elle a beaucoup travaillé,
grâce à sa capacité à s'auto-motiver.
Elle passe ... en première S.
Elle est ravie !

Montessori qui continue

Avec la plus jeune de mes filles, l'année a été bonne.

Nous avons trouvé le temps ou les moyens de partager autour de ces deux passions : le dessin et la lecture.
Chaque mercredi, en allant à la médiathèque, je lui ramenais "ses friandises", c'est à dire les 4 ou 5 BD et ces 1 ou 2 livres ... pour "tenir la semaine". Elle avait pris soin, sachant le peu de temps que j'ai ce jour là, puisque je travaille avec les enfants de l'atelier, de mettre un petit papier avec le nom de ce qu'elle souhaitait que je rapporte.
Ce petit billet a été comme un petit mot doux, que je trouvais dans notre sac de bibliothèque, chaque semaine. J'ai aimé qu'elle me fasse cette confiance là.

Car elle lit vite et beaucoup la miss ! Elle aime se mettre avec 3-4 coussins dans le dos, bien calée sur son lit, un chat à coté d'elle, de préférence. Déjà, lorsqu'on faisait l'école à la maison j'avais vite remarqué cela : son besoin de lire.

Coté dessin, nous nous sommes installées pour qu'elle me fasse partager ces derniers dessins.
Elle a gardé des années à la maison ce gout pour ce "temps calme obligatoire" (SIC!) comme je l'appelais. En début d'après midi, puis à d'autres moments ensuite (si, si, le "obligatoire" est ensuite devenu "choisi") , chaque enfant prenait le temps de s'isoler pour trouver quelque chose à faire "seul à seul avec lui-même", au calme.

Elle aime écrire aussi, mais chut ! c'est pour elle-même !
Année après année les profs on remarqué "un style déjà bien affirmé", "une écriture vivante, agréable à lire". Elle a eu plusieurs 17 et 18 en dissertation cette année, ce qui m'épate vraiment !
Le goût des mots et de la langue est là.

Autre évènement mémorable, nous avons accueillis à la maison, pendant le semaine, pour quelques mois, sa meilleure amie qui avait décroché à l'école, et qui a retrouvé le courage de venir au collège chaque jour, grâce à leur amitié.

Comme sa sœur l'avais fait l'année dernière, je l'ai accompagnée pour sa première année Montessori en 10 dimanches, 1 fois par mois.
Cela nous a permis d'avoir du temps pour échanger calmement, en tête à tête parfois, avec d'autres adultes lorsque c'était un trajet de covoiturage.
Ces longs trajets de voiture (je suis partie à chaque fois à 5h15 pour arriver vers 9h00, et idem au retour) nous donnent un espace intime où l'on a pu échanger cœur à cœur, mais aussi rester calmement à regarder les paysages. Parfois, lors des partages avec la ou les personnes qui covoiturent avec nous, j'ai eu le plaisir ou la surprise de découvrir par les anecdotes que ma fille partageait avec les autres, une autre facette d'elle même.
On ne finit jamais de découvrir ses enfants.

Ce choix de les accompagner dans leurs débuts en "Montessori pour eux", c'est aussi, pour moi une partie de leur éducation. C'est une façon de finir mon travail, ou de le continuer jusqu'au bout...
Combien de fois, je me suis dit, si j'avais su avant, j'aurai eu plus de temps pour préparer...
Ce trésor qu'est Montessori dans ma vie, cette vision si humaine des choses, et si proche de la vie, j'ai souhaité leur permettre de le recevoir aussi.

Pour compléter le chemin parcouru ensemble, il  y a eu aussi l'escalade, qu'elle pratiquait avec une autre de ses amies. De quoi goûter au dépassement et toucher de plus près ses limites. Elle est revenue parfois heureuse, parfois déçue. J'ai été la chercher tous les mercredis, et à chaque fois c'est une occasion de plus de se mettre au diapason.

A l'adolescence, la vie est pleine de choses qui travaillent, bousculent et dérangent les jeunes. Ils ont besoin de nous pour, en confiance et sécurité, "faire leur déballage et trier". Je m'aperçois aujourd'hui combien cette relation saine avec eux, mise en place petit à petit est installée et solide.
Il a fallu ces sourires, cette main tendue parfois, le courage d'aller s'excuser d'avoir blessé, la force de dire combien ma limite était atteinte, la douceur de recevoir de l'aide, et d'en dire combien cela me touchait, la fermeté à garder certains principes pour leur donner des points d'appuis qui ne changent pas, la fidélité aussi des repas, des histoires, des trajets taxi, des bisous...

L'école à la maison m'a permis de prendre le temps d'apprendre à être sereinement en lien, elle m'a donné la force de faire beaucoup, avec un respect de l'individu unique, qu'est chacun de mes enfants.

Aujourd'hui nous continuons, je mets en place, avec eux, toujours un peu plus, une ambiance qui leur convienne. Et je suis émerveillée de voir combien, de plus en plus, ils prennent soin de le faire pour eux-même.
C'est ça aussi continuer Montessori.

Le chemin

Il est tôt, 5h30, un dimanche.
Au petit matin, dans le silence de la maison,
je respire l'air frais des fenêtres ouvertes enfin sur l'été et
 ...je me pose là un instant, près de vous.


Cette communauté Montessori de la toile, tous ces liens tissés années après années, et les rencontres, (en "vrai" :-) sont présentes à moi malgré le temps qui me manque pour partager sur ce blog.

Mon fils finit donc son année sur Lyon. Il était dans une école privée de 440 élèves. C'était un grand changement pour lui qui avait été en école à la maison jusqu'à sa grande section, puis en classe unique de 18 élèves en CP puis CE1. Ce changement a été l'occasion de grandir avec bonheur !
Je crois que le lien fort que nous avons, les trajets tous les matins et tous les soirs ensemble en train, ces moments de complicités quotidiens à me raconter tout son petit monde, ses petits soucis et ses grandes découvertes ... y sont pour beaucoup.

Il y a quelques années, Yvette nous disait à sa manière avec ses petites histoires :
"le plus important ce n'est pas le matériel, c'est l'ambiance",
et ...je la questionnais sans cesse sur cette mystérieuse "ambiance" qui était si importante,
et plus je la questionnais, ...moins j'avais l'impression de comprendre !
(Vous savez, les anciens, ce petit sourire qu'elle a ...juste avant de changer de sujet :-)

...parce que je suis plutôt cérébrale,
et que Montessori parle à l'être en entier, j'ai mis du temps à unifier tout cela.

Quoi ! Je m'évertuais à besogner pour fabriquer tout ce matériel ... et le plus important était ailleurs !!!

Doucement, j'ai écouté mon instinct, repéré ces moments où j'étais bien,
et j'ai essayé de les vivres, tout simplement (et pourtant si difficile parfois !)
J'ai compris qu'il s'agit moins de PENSER ou FAIRE, ... que d'ÊTRE.

Le meilleur, c'est que, le plus souvent, mon matériel à fabriquer a été une excellente "thérapie",
pour me recentrer,
avoir du temps pour méditer,
avoir le temps de gouter ... le temps qu'il faut pour le faire.
(Ah les perles à enfiler !)
Le meilleur moyen d'ÊTRE, à la façon Montessori, ...corps, intelligence et esprit réunis.

Yvette m'avais donc appris à ne pas prendre trop appuis sur le cérébral,
mais diversifier mes appuis au quotidien.

En septembre, le choix avait été dur à faire. Changer fiston d'école. Et au final, le principal n'était pas là.
Finalement, je me dis que c'est aussi la manière de prendre du temps avec mon fils (ou à d'autres moments chacune de mes filles), qui a fait de cette année une belle année.
Le chemin vécu, plutôt que la conformité des choses effectuées, par rapport à la planification initiale.

Et, à la fin, l'objectif atteint, mais par mille chemins que l'on ne soupçonnait pas !
... la beauté du chemin parcouru !

Une belle année Montessori !

02 janvier 2013

cultiver l'art d'être soi

Il y a beaucoup de personnes qu'il faudrait nourrir dans le monde, mais la première qu'il est urgent de sauver...C'est soi-même ! Nous devons prendre ce temps pour nous nourrir et nous ne le faisons pas. Nous ne l'apprenons pas. Nos enfants nous regardent, et absorbent. Une maman me décrivait son enfant toujours en mouvement, toujours à bouger, parler, questionner...et qui dormait tard et se levait tôt ! Que faire ? me disait-elle. Je suis si désarmée, si fatiguée. Les autres me regardent et je me sens comme une mauvaise mère. Comment faire ? Et bien prendre le temps de se nourrir soi-même, afin de rester pour l'enfant cet appuis solide qu'est l'adulte serein et tranquille. Plus que jamais dans un monde en hyperactivité, nous devons être leur rocher : stables et solides. Pourtant, nous sommes comme tous les humains : des êtres fragiles. Alors prenons soin de cette humanité, et donc de ce "petit enfant" qui vit en nous. au niveau du corps : ai-je mangé, bu, dormi suffisamment (ou trop) ? au niveau émotionnel: ai-je pu partager mes ressentis, ai-je pu être entendu ? au niveau intellectuel: ai-je le temps de me poser des questions, de trouver quelques réponses ? et au niveau spirituel: ai-je pu m'émerveiller aujourd'hui? ai-je pu dire "merci" "pardon", "s'il-te-plait" à cette puissance de Vie que je conçois selon mes croyances ? Je vous souhaite de prendre soin de vous, et de rester en lien pour vous sentir comme un rocher en Paix !

01 janvier 2013

Montessori en plus de l'école

Bonne Année 2013 ! Me voici de retour sur mon blog ! Après avoir partagé mon quotidien d'école à la maison avec les enfants il y a quelques années avec vous, j'ai eu besoin d'une pause pour trouver mon équilibre lorsque j'ai repris le chemin d'une vie professionnelle riche et que mes enfants ont naturellement retrouvé le chemin de l'école classique. Je reviens maintenant vers vous pour partager l'éducation dans la famille d'un enfant de 8 ans scolarisé en école classique. Je sais que nombre d'entre vous n'ont pas toujours les conditions requises pour scolariser soit en école Montessori, soit à la maison en Montessori, et pourtant, bien des choses sont possibles quand même ! La famille est "l'ambiance" naturelle dans laquelle les enfants tirent les fondements de leur vie future ! Fidèle à ma vocation d'éducatrice Montessori, j'y travaille donc l'ambiance Montessori au quotidien avec eux ! Quel est mon contexte aujourd'hui ? Je travaille toujours à la ville de Lyon, comme technicienne de maintenance ... au zoo du parc de la tête d'or. La pédagogie Montessori me passionne toujours autant, alors je travaille à 80% et consacre 20% à un atelier Montessori que j'ai ouvert récemment le mercredi toute la journée.J'y accueille pour l'instant 2 enfants qui viennent régulièrement (en plus de Maxime). Je continue bien sûr d'assister Yvette ou Catherine à l'association "Aide à la Vie" où je donne un coup de main pour l'intendance des stages ou je suis les travaux pratiques des étudiants. Mes prochains stages chez Yvette sont le stage de Français du 3 au 8 mars 2013 et le stage de Maths niveau 7 du 21 au 26 avril 2013 pour une aide au niveau de l'intendance. J'aurai la joie d'accompagner également les stages chez Catherine des niveaux 2 et 6 du 14 au 17 août 2013 et des niveaux 3 et Histoire Musique Biologie humaine. Plus d'info ici Mes grandes sont en seconde et en 3e cette année et ça marche plutôt bien pour elles ! Mon dernier (dont je vais partager avec vous les aventures) est en CE2 dans une école à Lyon et je continue Montessori plus particulièrement le mercredi et le week-end avec lui. Récemment, je lui ai présenté la table de Pythagore en perles. Il vient, petit à petit, de terminer la 3ème présentation. J'aime ce matériel qui permet d'accrocher la mémorisation des tables d'une façon pluri-sensorielle, tout en y découvrant la commutativité de la multiplication d'une façon ludique. Nous avons abordé les grandes leçons, et il étudie la grande affiche de la vie en ce moment. Avec une nouvelle expérience grâce à Noël ! Mais chut, j'y reviendrai bientôt !